L'EMPLOI

Faire de l'emploi la priorité du quinquennat

Nos voisins européens ont retrouvé le chemin de la croissance et du plein d’emploi ? Pour que les Français puissent aussi y parvenir nous devons réformer et lever les obstacles qui freinent la création d’activités et les embauches.

Quelques chiffres pour comprendre ce qu’il faut changer:

L’apprentissage, un levier pour la création d’emplois sous utilisé:

  Taux de chomage des jeunes % des apprentis dans l’ensemble des effectifs au second cycle en 2012 Aide publique à l’apprentissage (en M€)
Allemagne 7,8% 87,5% 1 439
France 24,8% 27,2% 2 863

Sources : Eurostat et OCDE. CNFPTVL et BiBB

L’inflation législative, un frein à la création d’emplois:

Nombre de pages dans le code du travail 3 500
Nombre de pages pour les normes sociales 140

CDI/CDD, le besoin d’un contrat alliant flexibilité et sécurité:

% de CDI 20%
 % de CDD 80%
nombre de chômeurs toute catégorie 6 000 000

Source: Ministère du Travail

Mes propositions au niveau national

L’apprentissage

– Simplifier les réglementations liées aux contrats d’alternance et aligner les conditions de travail des jeunes en alternance sur celles des salariés. Par exemple, donner le droit à un jeune peintre en alternance de monter sur une échelle.

– Supprimer les emplois aidés pour réorienter le budget de 1,4 milliards d’euros par an vers l’apprentissage.

– Rationaliser la formation professionnelle au niveau régional, en lien avec Pôle Emploi pour mieux répondre aux besoins des bassins d’emplois locaux. (À la région Ile de France nous avons renforcé notre partenariat avec Pôle emploi pour adapter l’offre de formations professionnelles aux réalités économiques).

– Obliger les entreprises ou associations qui ont reçu une dotation de l’Etat ou d’une collectivité locale à employer des stagiaires comme l’a déjà initié la région Ile de France).

Voici un résumé en vidéo de la partie de mon programme consacrée à l’apprentissage :

Simplifier le marché du travail et améliorer le dialogue dans l’entreprise

– Recentrer le code du travail sur les normes sociales en 150 pages (sur 3 400). Renvoyer tout le reste à la négociation au niveau de l’entreprise ou des branches et instaurer le référendum d’entreprise en cas de blocage.

-Simplifier le marché du travail par la création d’un « CDI sécurisé » incluant des motifs de rupture prédéfinis.

  • Les salariés pourront enfin avoir des perspectives et des projets de vie (obtention de crédit, logement etc..)
  • Les employeurs reprendront confiance et n’auront plus peur d’embaucher

– Adoucir les contraintes des entreprises lorsqu’elles se développent en relevant les seuils sociaux de 10 à 50 et de 50 à 100 salariés  (entre 70 000 et 140 000 créations d’emplois en perspective).

Nous permettrons la suppression des 35 heures avec une liberté de renégociation du temps de travail à chaque entreprise ou à chaque branche pour les petites entreprises.

Voici un résumé, en vidéo, de mes mesures en faveur du dialogue dans l’entreprise :

Le travail récompensé

-Encourager l’auto-entreprenariat,  supprimer les contraintes législatives posées par la loi Pinel de janvier 2015 (obligation d’immatriculation et de stage préalable à l’installation).

-Réformer le régime social des indépendants (RSI) : donner à l’organisme de gestion la responsabilité globale de la protection des indépendants et simplifier son fonctionnement notamment en mettant en place le paiement des cotisations sans décalage dans le temps. Appliquer le principe : « zéro chiffre d’affaires/zéro charges » à tous les travailleurs indépendants.

-Réformer le statut de l’entrepreneur pour faciliter la création d’entreprises.

-Valoriser le travail pour que les revenus du travail soient toujours supérieurs à ceux de l’assistance par la création d’une prestation sociale unique permettant un meilleur contrôle de toutes les aides accordées par l’Etat.

Aider les petites entreprises et le commerce de proximité

-Raccourcir les délais de paiement à 30 jours qui sont à l’origine d’un quart des faillites.

-Réorienter l’épargne vers l’investissement dans des PME par un système de crédit d’impôt sur le revenu jusqu’à hauteur de 1 million d’euros.

-Diminuer les charges sociales de 50 milliards que l’on financera par l’augmentation de 2 points de la TVA.

Pour le dynamisme économique dans nos quartiers dans les zones qui sont dépourvues de commerce de proximité.

Je suis favorable la création d’un système de zones de protection du commerce local qui permettraient à certaines activités, nécessaires au quartier, de bénéficier d’exonérations de CFE pour une durée fixée et d’impôts sur les bénéfices selon des critères précis (limite de chiffre d’affaire, emploi de personnel local) Ces mesures redonneraient un avantage de compétitivité à ces commerçants et artisans utiles au quartier.

Créer l’écosystème favorable à la création d'emplois et l'amélioration des conditions de travail

-Avec la création d’un pôle Agriculture urbaine et de biotechnologies du végétal, un centre de recherche sur l’agriculture urbaine, un incubateur de start-up dans le domaine des biotechnologies liées au végétal, une serre de recherche et de production de 30 000 m² d’espaces cultivables et un pôle d’écotechnologies.

Pour plus de détails sur ce point, notamment en vidéo, voir la partie Innovation de mon projet.

-Avec la création d’une résidence de designers au sein des pépinières d’entreprises.

-Avec la défiscalisation des aménagements ou emplois relatifs à l’amélioration de l‘environnement.

Nous renforcerons les effets bénéfique du crédit impôt recherche (CIR) pour que la France augmente ses part de marchés à l’export et développe sa compétitivité.

Dans la 8ème circonscription

Reconstruire un tissu économique

– Commerce de proximité et activité économique

Aider le maintien ou l’installation  de  commerces de proximité  dans nos quartiers notamment dans la vallée de Fécamp, Bercy et Montgallet. et rééquilibrer le rapport Est/Ouest pour l’implantation des entreprises par la mise en place de zones franches dans les quartiers dépourvus.

 – Artisanat

Valoriser le patrimoine existant est un atout de la France. Dans la 8e circonscription, cela passe par une requalification des tunnels Baron Le Roy dans la zone de Bercy-Charenton et en faire un lieu abordable pour les artisans et commerçants que la pression immobilière a chassé de Paris.

– Créer un écosystème favorable à la croissance verte

Serre urbaine à Bercy Charenton

Dans le 12ème arrondissement j’avais proposé, aux élections municipales, la création d’un pôle Agriculture urbaine et biotechnologies du végétal avec  un centre de recherche sur l’agriculture urbaine, un incubateur de start-ups dans le domaine des biotechnologies liées au végétal et une serre de recherche et de production de 30 000 m² d’espaces cultivables. Je suis toujours favorable à un grand projet autour des biotechnologies et des écotechnologies pour créer un écosystème favorable à la croissance verte et à l’emploi pour l’Est de Paris.

– Créer une maison du développement économique et de l’emploi dans la 8 ème circonscription ayant une mission d’information et de mise en relation des acteurs économiques avec les personnes à la recherche d’un emploi, d’un contrat d’apprentissage ou d’une mission d’insertion

 Une stratégie de déplacements qui facilite le développement économique et social et diminue la pollution :

  1. Construction de parkings aux portes de Paris pour permettre aux automobilistes de laisser leur voiture et continuer leur trajet en transports en commun. 
  2. Aider au renouvellement des voitures polluantes. Nous ne sommes pas contre la voiture mais contre les bouchons et la voiture polluante. Il faut donc lancer des dispositifs au niveau national sur le même modèle que ceux de la région Ile de France, qui a déployé une aide pour le renouvellement des véhicules polluants qui s’élève de 3 000 à 9 000 € selon le type de véhicule afin d’aider  les artisans  à remplacer leurs anciens véhicules.