SPORT & CULTURE

Pour que le sport et la culture aient une plus grande place dans notre quotidien

SPORT

La pratique du sport est la garantie d’une hygiène de vie physique, morale, c’est aussi un vecteur de lien social. Elle permet en effet d’améliorer les conditions physiques et mentales et diminue le risque de développer diverses maladies telles que l’hypertension artérielle, l’obésité, la dépression tout en réduisant les frais de santé qui sont en augmentation pour ces maladies chroniques. Pour les adolescents la pratique du sport permet d’avoir une meilleure estime de soi, une réduction du stress et de l’anxiété et améliore le comportement civique « vers les autres ».

Cependant le manque d’infrastructure et le rythme de vie à Paris ne facilitent pas toujours la pratique régulière du sport. Je vous propose une révolution des mentalités par une politique volontariste du sport.

 

1)    Développer la construction des CSU (Centre Sportif Universitaire) et notamment à Paris en utilisant la pelouse de Reuilly. Ce projet est à négocier avec la ville de Paris et les équipements seraient également ouverts aux Parisiens et associations sportives de l’Est de Paris.

La pelouse de Reuilly reste en friche pendant 10 mois pour accueillir la foire du Trône pendant 2 mois seulement. Cet événement, de plus en plus controversé au niveau de la sécurité engendre aussi une forte mobilisation des forces de l’ordre ainsi que des nuisances pour les riverains et prive les Parisiens de réelles opportunités sur cet espace public. Je propose la création d’équipements sportifs accompagnés d’une requalification paysagère qui privilégiera les sports en plein air avec peu de bâtiments, des sanitaires et douches construits dans des matériaux écologiques.

Avec l’arrivée prochaine de l’Université de la Sorbonne Nouvelle, le manque de créneaux sportifs subis par l’ensemble des associations sportives des 12ème et du 20ème arrondissements et l’existence d’un seul CSU dans la capitale, la création d’équipements sportifs serait une bouffée d’oxygène pour les sportifs.

 

2)     Repenser les nouvelles constructions d’immeubles avec des espaces collectifs dédiés au sport :

L’idée consiste à créer des lieux fonctionnels et conviviaux, qui pourront être utilisés par tous les copropriétaires ou locataires d’une résidence. C’est à dire, rendre obligatoire la création d’espaces pour la pratique du sport dans les projets de construction immobilière privés et publics.

 

3)     Incitation fiscale

Pour les entreprises qui investissent dans le bien-être au travail (salle de relaxation), dans la pratique de sport (salle de sport, cours de sport).

Communiquer sur l’article 200 du CGI  (délivrance par une association sportive de reçus ouvrant droit pour leurs adhérents à la réduction d’impôt de 66%). Cette disposition est méconnue des usagers ainsi que des dirigeants sportifs et sa mise en place complexe avec des conditions particulièrement restrictives (rémunération du dirigeant, caractère ouvert, activités lucratives remettant en cause l’intérêt général).

Etudier en concertation avec les Fédérations et les médecins la possibilité de prescrire une pratique sportive à leurs patients.

CULTURE

Je soutiendrai

  • Le développement de lieux festifs dédié à la création musicale :

Dans la 8ème circonscription, de tels projets sont réalisables sur des sites adaptés à la gestion du bruit à l’instar de la 3ème nef des tunnels Baron Le Roy pouvant accueillir des studios d’enregistrement et des boîtes de nuit sans gêner les riverains.

  • Synergies des acteurs de la culture :

 

  • Le rôle des collectivités locales

Un nouveau partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales : Les collectivités locales conservent avec la loi NOTRe une clause de compétence générale en matière culturelle. L’État doit établir un nouveau partenariat avec elles afin de mieux coordonner les financements et d’optimiser les choix stratégiques d’investissement.

  • Le rôle de l’initiative privée

Par le développement d’un mécénat culturel populaire, accessible à tous, à travers des plateformes de financement participatif, la valorisation du bénévolat et des appels à la générosité publique (du type de ceux de la Fondation du patrimoine).

Par le relèvement du plafond annuel des dons de 0,5 à 1 % du chiffre d’affaires HT, pour inciter les TPE et PME à soutenir des initiatives culturelles.

Par la création de fondations reconnues d’utilité à vocation thématique, en fédérant des initiatives privées.

Faire contribuer les acteurs transnationaux de l’Internet au financement de la production des contenus culturels et à la modernisation des réseaux numériques, en fiscalisant d’abord leurs activités en France.

  • La transmission et le partage de notre culture et de notre patrimoine :
  • Par le développement d’échanges et de partenariats avec les orchestres, les formations musicales et théâtrales, soutenus par l’État et les collectivités territoriales, afin que les artistes interviennent au sein des établissements scolaires.
  • Engager un « plan patrimoine décennal », comportant un important volet de formation de main-d’œuvre spécialisée dans le bâtiment et la restauration.